Créations

Créations

Le spécialiste de la création de danse à Genève

La création de danse à Genève est un projet laborieux qui exige une préparation minutieuse en amont, du talent en tant que chorégraphe ainsi qu’une grande imagination. En plus de dispenser des cours de Pilates à Genève,la compagnie Speak in Silence propose périodiquement des pièces abordant des sujets osés ou perçus comme tabous.

Les pièces de chorégraphie présentées par Speak in Silence

Combien de vêtements avez-vous acheté en 2020 ? Quel vêtement portez-vous aujourd’hui et quel est son prix ? Saviez-vous dans quel pays votre vêtement a été confectionné ? Connaissez-vous la politique des droits humains de ce pays ?

Depuis 2015, la chorégraphe Mélina de Lamarlière pousse sa réflexion autour de ces questions universelles. Universelles ? Oui, car de manière consciente ou inconsciente nous sommes tous des maillons de la chaîne de l’industrie du textile.

Tel est le questionnement mis en avant à travers la création d’une poignante trilogie qui évoque les dangers que cette industrie inflige sur la santé physique et psychologique de l’humain et son environnement.

Plus que jamais, les schémas de la “Fast Fashion Industry” mérite une remise en question.

La première pièce nommée “The Blood Mark” vous invite à découvrir une usine dans laquelle sont produits la majorité des vêtements en vente dans les magasins les plus proches de chez nous. Projection visuelle, musique et mouvement s’unissent pour vous immiscer dans le quotidien de ces ouvrières, ces femmes, etc.

Blood Mark- 1rst part de la trilogie sur The Fast Fashion Industry 

Distribution :

  • Chorégraphe et directrice artistique : Mélina de Lamarlière ;
  • Interprètes : Margaux Monetti et Nina Richard ;
  • Musicienne et compositrice : Béatrice Graf ;
  • Visuel : Nicolas Senjaric ;
  • Lumières : Emile Schaer ;
  • Costume : Julie Delieutraz ;
  • Assistante de projet : Laetitia Gex ;
  • Regard Extérieur : Juliette Rahon ;
  • Photographe et vidéaste : Clément Choukroun.

Nous tenons à remercier le Département de la culture et de la transformation numérique de Genève, le Canton de Genève, la Fondation Emilie Gourd et le Flux Laboratory pour leur soutien ainsi que pour la confiance qui nous a été accordée pour nous permettre de réaliser ce projet.

Un grand merci également aux studios de l’ADC, à la Dampfzentral Bern, à l’Alhambra, au MottattoM ainsi qu’au Théâtre de l’Étincelle qui ont accueilli la compagnie et qui lui ont permis de mettre en place ce projet.

    Ama/re-Zoné (2013)

    La pièce « Ama/re-Zoné » interroge sur le regard que porte la société sur les femmes fortes, imposantes et puissantes. Elle a été créée suite à la rencontre entre Mélina de Lamarlière et la chorégraphe Julie Krannewisher, deux femmes au caractère fort et à la force physique avérée. Elles s’identifient aux amazones de la mythologie grecque qui sont des guerrières courageuses, combattant torse nu et avec énergie.

    Pour présenter l’œuvre « Ama/re-Zoné », les deux danseuses ont misé sur un costume particulier, avec du body-painting sur le torse. Elles n’hésitent pas à interpréter leur pièce dans les espaces publics, mais également sur scène où leur duo est accompagné par un homme qui symbolise le regard de l’environnement extérieur.

    Rana Plaza (2014-2015)

    Rana Plaza est le nom que porte l'usine de textile qui s’est effondrée au Bangladesh en 2013. L’évacuation qui y a fait suite n’a pas pris en compte les ouvriers qui ont été forcés de travailler, ce qui a occasionné plus de 1130 décès et 2500 blessés.

    D’une durée de 20 minutes, la pièce Rana Plaza est interprétée par quatre danseuses ainsi qu’un mime qui symbolise l’emprise des grandes puissances sur les richesses des pays en voie de développement, ce qui impacte négativement les conditions de travail des femmes ouvrières. Au cours de cette scène de danse artistique, une avalanche de vêtements fait disparaître des danseuses, laissant le reste des ouvrières désemparées, continuant de travailler, de danser assises, à un rythme qui ne cesse de s’accélérer.

    Humanitairement Humains (2017)

    « Humanitairement Humains » est une pièce de danse et de chorégraphie à proximité de Carouge qui met l’accent sur le nombre record d’humanitaires ayant été victimes d’incidents en 2013. Le bilan fait état de 155 tués, 171 blessés et 134 kidnappés. De plus, 30 % de ces hommes et femmes dévoués à aider les autres souffrent de stress post-traumatique. Cette réalité à laquelle est confronté le personnel des ONG et organisations internationales reste méconnue, car les intéressés ont honte d’admettre qu’ils sont quotidiennement affectés par leur environnement de travail.

    À travers la création de la pièce « Humanitairement Humains », la compagnie Speak in Silence s'est fixée pour objectif de révéler au grand public, à travers la danse, les émotions ressenties par ces héros. La scène s'inspire particulièrement de l’expérience personnelle de l’humanitaire Lisa Laroussi-Libeault qui est passée par toutes les émotions (colère, tristesse, désarroi, joie, bonheur et espoir) lors du tremblement de terre en Haïti, le 12 janvier 2010.

    Avance (2018)

    « Avance » est une représentation inspirée avant tout d’une histoire vraie. Lorsqu’en avril 2017, Mélina de Lamarlière apprend que sa maison, ses souvenirs, son cocon familial sont emportés après un terrible incendie, elle comprend rapidement que cet événement fera désormais partie de son quotidien. 

    À travers la pièce « Avance » interprétée par trois femmes, la directrice artistique relate les émotions enfouies subies par chaque individu lorsqu’il est confronté aux aléas de la vie (accident, maladie, incendie, etc.). L’objectif de la scène est également de montrer comment se reconstruire lorsque nos habitudes et repères sont bouleversés. « Avance » a d’ailleurs obtenu le soutien de la municipalité de Genève, du festival « Les créatives » ainsi que des studios Foofwa et de l'ADC au Grütli. 

    The Fast Fashion Industry Part 1 - Blood Mark (2021)

    « The Fast Fashion Industry » est une pièce artistique dont l’interprétation est programmée en 2021, sur le calendrier des présentations de Speak in Silence. L’œuvre revient sur l’effondrement de Rana Plaza, l’usine de textile implantée au Bangladesh, qui s’est effondrée le 24 avril 2013, occasionnant la mort de 1130 ouvriers. Des jours avant le drame, le bâtiment avait été signalé comme menaçant, mais les travailleurs sont restés sur le site et n’ont pas été évacués. ​Le sujet central abordé par « The Fast Fashion Industry Part 1» est l'esclavagisme moderne. La chorégraphe Mélina de Lamarlière tente d’expliquer les raisons qui expliquent l’essor de ce fléau, les personnes qui en profitent, mais également les conséquences qui en découlent. Entre danses, son et projections visuelles, la compagnie Speak in Silence invite le public à proximité de Chêne-Bougeries, Carouge et Genève à vivre avec elle la première partie de sa pièce riche en enseignements.

    Pour plus d’informations sur les créations de la compagnie Speak in Silence, n’hésitez pas à la contacter en appelant le 078 634 41 16.